Les taux plasmatiques de progastrine, mais pas de gastrine amidée ou de gastrine étendue à la glycine, sont élevés chez les patients atteints d'un carcinome colorectal

January 1, 2001

Auteurs :

R K Siddheshwara, J C Grayb, S B Kelly

 

Abstract :

CONTEXTE La relation entre les taux plasmatiques de gastrine et le cancer colorectal est controversée. Lorsque des facteurs confondants qui augmentent les taux plasmatiques de gastrine sont pris en compte, il a été démontré que les taux de gastrine ne sont pas élevés chez les patients atteints d'un cancer colorectal. Cependant, ces études ne mesuraient que la gastrine amidée. La gastrine totale (qui comprend des formes de gastrine non transformées, partiellement transformées et matures) s'est avérée élevée chez les patients atteints d'un cancer colorectal.

OBJECTIFS Le but de cette étude était de déterminer si les taux plasmatiques à jeun de progastrine, de gastrine amidée ou de gastrine étendue de glycine étaient élevés chez les patients présentant un cancer colorectal ou des polypes colorectaux par rapport aux témoins.

MÉTHODES La progastrine, la gastrine amidée et la gastrine à la glycine étendue ont été estimées par radioimmunodosage à l'aide des anticorps suivants : L289, 109-21 et L2. Les échantillons de sang ont été analysés pour Helicobacter pylori par un dosage immunoenzymatique.

RÉSULTATS Les taux médians de progastrine étaient significativement plus élevés dans le groupe cancéreux (27,5 pmol / l) que dans le groupe polype (⩽ 15 pmol / l) ou témoin (⩽ 15 pmol / l) (p = 0,0001). Il n'y avait pas de différence dans les niveaux médians de gastrine amidée entre les groupes. Les taux médians de gastrine amidée étaient significativement plus élevés chez les patients positifs pour H pylori (19 pmol/l) que chez les patients négatifs pour H pylori (8 pmol/l) (p=0,0022). Les taux plasmatiques médians de progastrine étaient significativement plus élevés chez les polypes modérément dysplasiques (38 pmol/l) que chez les polypes légèrement dysplasiques (15 pmol/l) et sévèrement dysplasiques (15 pmol/l) (p=0,05).

CONCLUSIONS Les taux plasmatiques de progastrine, mais pas de gastrine amidée ou de gastrine étendue à la glycine, sont significativement plus élevés chez les patients atteints d'un cancer colorectal que chez ceux atteints de polypes colorectaux ou de témoins , quel que soit leur statut. Nous concluons que la mesure des taux plasmatiques de progastrine chez les patients atteints d'un cancer colorectal est justifiée.

 

Affiliation des auteurs :

Department of Surgery, Regional School of Medicine, North Tyneside General Hospital, Rake Lane, North Shields, Tyne and Wear NE29 8NH, UK, Department of Statistics, Centre for Health and Medical Research, University of Teesside, Borough Road, Middlesbrough, Teesside TS1 3BA, UK 

Lien vers la publication originale :

https://gut.bmj.com/content/48/1/47
Support de la publication originale  :

British Society of Gastroenterology

DOI :

http://dx.doi.org/10.1136/gut.48.1.47

Please reload

PROGASTRINE cancer control association est une association loi 1901.

©2018 PROGASTRIN cancer control Association